AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petite visite de courtoisie à la place du Lord ? Où bien simple envie de changement d'air d'une servante ? [Pv James]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hortense Candill
Servante de Lord Beckett
Servante de Lord Beckett
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 30
Emploi/loisirs : Servante attitrée de Lord Beckett / Suivre l'aventure en écoutant aux portes XD
Humeur : ... attristée...
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Petite visite de courtoisie à la place du Lord ? Où bien simple envie de changement d''air d''une servante ? [Pv James]   Dim 24 Mai 2009 - 20:42

Cela faisait quelques jours qu'Hortense venait de voir prérir le dernier membre de sa famille, sa chère maman Anna-Maria DiCalzone, elle pensait avoir passé le cap... jusqu'au jour de l'enterrement. Le fait de voir sa mère mise en terre l'avait quelque peu éprouvée même si elle n'avait laissé paraître que peu d'émotions, elles étaient bien là enfouies en elle et n'allait sans doute pas restés enfouies éternellement... un simple faux pas la metterait dans une profonde tristesse. Un simple faux pas que le Lord n'avait apparement pas encore commis mais depuis le premier jour passé à son service, elle n'arrivait pas à se sentir consolée, libre... elle n'arrivait pas à lui parler... d'ailleurs quand aurait-il à faire de ses ressentiments, de ses peurs et autres "petits désagréments" qu'elle pouvait avoir... Hortense ne se sentait pas proche des autres serviteurs du Lord; elle n'était déjà pas vraiment apprécié auparavant à cause de sa franchise, de sa loyauté envers la famille Beckett... elle prenait souvent la défense de ses maîtres aux commérages des autres... quelque part notre petite servante avait l'âme d'un fantassin. N'était-ce pas ainsi qu'elle avait été élevée après tous ? Le fait qu'elle est été promue au rang de servante attitrée de Lord Cutler Beckett suite au décés de sa mère ne faisait que la descendre encore plus aux yeux des autres serviteurs... elle passait pour une pestiférée, une traître... alors qu'elle n'avait nullement choisie son Destin. L'Amiral Norrington avait été exemplaire lord de sa dernière visite chez le Lord et aussi lors de l'enterrement de la mère d'Hortense... il était sans doute venu tenir compagnie au Lord qui ne voulait sans doute pas être seul entouré de tous ses manants... mais il lui avait présenté ses condoléances avec sincérité et dévotion; ainsi elle se sentait à présent plus "proche" de lui que de n'importe qui d'autre. Allongée sur son lit perdue dans de sombres pensées, la demoiselle s'était levée amoindrie, avait cuisiné un vrai festin pour se changer les idées mais rien n'y faisait; après plusieurs heures de travail acharnée, elle se rendit compte que Lord Beckett qui n'avait déjà pas un grand appétit... ne mangerait sans doute pas la moitié de ce qu'elle avait préparé... son moral restait au plus bas alors elle se décida à aller voir l'Amiral sans grandes convictions... Mais peut-être était-ce la seule personne qui pourrait lui redonner une anse de sourire honnête et lui faire oublier un instant son mal-être. Quelque part, elle le sentait aussi malheureux qu'elle! Sans doute pourrait-il mieux la comprendre que n'importe quel autre personne de sa connaissance.
La jeune servante releva son séant de son tabouret en bois, prit un panier en osier de taille moyenne et le remplissa de maintes de ses petits plats : gâteaux, fromages, crèmes, pains, confitures... Avant de retirer son tablier et d'aller enfiler son capuchon dans l'entrée. Son Maître lui avait laissé quartier pour le milieu de journée suite à l'enterrement. Notre innocente se rendit donc au Manoir de Norrington d'un pas entraînant, affichant un légé sourire aux gens qu'elle croisait préférant ne rien laisser filtrer extérieurement... elle devait réussir à passer ce cap. La seule façon semblait être pour elle de laisser le temps faire mais pour cela elle devait s'occuper. Une bonne demi-heure plus tard, Hortense arriva face à la porte du Manoir; elle toqua brièvement et attendit qu'on vienne lui ouvrir la tête basse dissimulant son mal être derrière son capuchon, tenant son panier à provision de ses deux mains croisées devant elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Norrington
Amiral de la Compagnie des Indes orientales
Amiral de la Compagnie des Indes orientales
avatar

Nombre de messages : 863
Age : 24
Localisation : Sur les Chemins tortueux de l'existance
Emploi/loisirs : Amiral de la EITC,officier de la Navy / Faire respecter la Loi,être juste et réparer son coeur...
Humeur : Placide
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: Petite visite de courtoisie à la place du Lord ? Où bien simple envie de changement d'air d'une servante ? [Pv James]   Lun 25 Mai 2009 - 12:26

Tranquillement assis dans la bibliothèque,James s'était plongé dans la lecture d'un des ouvrages garnissant les hautes étagères de la pièce.L'ancien propriétaire lui en avait fait cadeau,l'assurant alors qu'il tentait de refuser un si beau présent qu'il serait incapable d'emporter sa collection avec lui.Bien qu'une petite cheminée,de taille bien modeste comparée à celle du salon,soit présente,avec de jolis bibelots ordonnés dessus,aucun feu n'y brûlait,tant l'air était doux.Les fenêtres étaient ouvertes,laissant une douce brise soulever les fins rideaux blancs et rafraîchir l'intérieur.
Annélie n'était repassée qu'en coup de vent,pour prendre quelques affaires et discuter un moment avant de repartir Dieu savait où,et le soldat se retrouvait la plupart du temps seul dans cette grande maison.La solitude ne le gênait pas,étant habitué à cela depuis pas mal d'années,sans compter que le temps d'aller au fort ou d'en revenir,il ne goûtait pas vraiment au silence de la demeure vide.Mais ce jour-là... De repos,à l'instar d'Hortense... L'atmosphère en aurait presque été oppressante.Quoi de mieux alors qu'un bon livre pour passer le temps,avant de retourner,vers cinq heures,revérifier une énième fois que dans les bureaux,son aide n'était pas requise ?
Norrington avait certes regagné ses galons grâce au coeur de Davy Jones,il n'en restait pas moins mis à l'écart : trop haut placé pour s'occuper des affaires courantes,mais pas assez bien vu pour suivre de près les projets du Lord,tel un second Mercer.L'officier se retrouvait donc la plupart du temps sans grand chose à faire,si bien qu'il se portait volontiers au secours de ses collègues étouffés de dossiers à rendre.Cependant,avec les beaux jours,et l'Amiral se l'avouait bien,se noyer dans la paperasse n'avait rien d'attreyant.Hé,il s'était offert un manoir,pourquoi ne pas jouer un instant au bourgeois ? Le jeu l'amusa... Aller... Un quart d'heure,avant que le gradé ne trouve l'existence des nantis profondément ennuyeuse.D'où son choix de se rabattre sur la bibliothèque.Au moment où le preux Hamlet était sur le point de découvrir le spectre de son père décédé,un son caractéristique le tira de sa lecture.Tout en se demandant qui pouvait bien vouloir venir lui rendre visite -miss Stuart aurait-elle finit par écouter sa raison ?-,Norrington rangea l'oeuvre à sa place,avant de gagner le hall et d'ouvrir.Inutile de dire qu'un maître de maison ouvrant lui-même à ses invités était pour le moins inhabituel.Grâce à Dieu,en acquérant le modeste domaine,James n'avait pas laissé son humilité sur le pas de la porte.


-Mademoiselle Candill...! la reconnut-il,non sans avoir jeter une bref coup d'oeil sous la capuche rabattue.Bien le bonjour à vous.Quel bon vent vous amène ?

Attendant à peine sa réponse -car débutant en tant qu'hôte-,James s'effaça,lui laissant le passage libre.

-Je vous en prie,donnez-vous la peine d'entrer.

Sur ce,il la gratifia d'un rapide sourire poli,afin de souhaiter à la jeune femme la bienvenue en ces lieux.

-----------------------



  • By remembering that I serve others, not only myself
  • Homo sum,humani a me nihil alienum puto - {Térence}



Giff © unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hortense Candill
Servante de Lord Beckett
Servante de Lord Beckett
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 30
Emploi/loisirs : Servante attitrée de Lord Beckett / Suivre l'aventure en écoutant aux portes XD
Humeur : ... attristée...
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Petite visite de courtoisie à la place du Lord ? Où bien simple envie de changement d'air d'une servante ? [Pv James]   Ven 29 Mai 2009 - 18:35

Après quelques temps passés à attendre dans l'embouchure de la porte, elle entendit des pas fermes et précis s'approchaient, elle redressa légèrement le visage assez étonnée de reconnaître le pas de l'un de ses fantassins qui harpentaient le couloir du Lord jour et nuit. Puis la porte s'entrouvrit sur l'Amiral James Norrington; Hortense ne cacha pas sa surprise et mit un certain temps avant d'entrer dans le Manoir... Quelque peu troublée par l'absence de... personel... voir même de personne autre tout bonnement. Gardant le panier serré contre elle, elle eut un instant de doute voyant la demeure vide puis elle observa l'Amiral qui semblait tout à fait serein quoi qu'assez lasse. La méfiance était toujours présente chez la jeune servante qui, malgré son innosence, était loin d'être une sotte. S'étant plongée dans le regard du fantassin à deux reprises, Hortense n'en avait rien perçu de fourbe, de pervers où de quoi que ce soit d'autre qui pourrait la mettre en danger en sa seule compagnie... Bien au contraire, en sa présence, elle se sentait plutôt rassurée et sereine.
Une fois la porte close derrière elle, le sourire de James l'apaisa; la jeune femme se sentit moins anxieuse et tourmentée. Elle retira son capuchon élégament d'une seule main avant de porter son regard profond sur James, souriant plus aisément et lui tendit le panier timidement en rétorquant d'une voix douce et posée.

- Bonjour Amiral Norrington! Je dirais plutôt que le soleil m'a conduite à vous, Monsieur. Elle marqua un léger temps de pause ne sachant trop quel raison donner à sa présence. Mon Maître ne sait pas que je suis ici, il m'a donné congé quelques heures pour la raison que vous connaissez...

Alors qu'elle prononçait ses derniers mots, son regard dévia au sol, les souvenirs défilants dans son esprit... de ses premiers mots à la vue atroce de sa mère dans cette boîte immonde puis la descente du cercueil en terre... Elle se mit à trembler, closant les yeux brièvement avant de sentir quelques larmes monter à ses yeux; elle eut juste le temps détourner le visage ses longs cheveux ondulants dissimulant une partie de son visage à l'Amiral...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Norrington
Amiral de la Compagnie des Indes orientales
Amiral de la Compagnie des Indes orientales
avatar

Nombre de messages : 863
Age : 24
Localisation : Sur les Chemins tortueux de l'existance
Emploi/loisirs : Amiral de la EITC,officier de la Navy / Faire respecter la Loi,être juste et réparer son coeur...
Humeur : Placide
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: Petite visite de courtoisie à la place du Lord ? Où bien simple envie de changement d'air d'une servante ? [Pv James]   Lun 8 Juin 2009 - 14:35

Une lointaine expression perplexe se peignit sur le fin visage de l'anglais.Non,il ne savait pas pourquoi Beckett avait octroyer du temps libre à sa servante personnelle.Certainement une réunion de la plus haute importance,durant une bonne partie de l'après-midi,si bien que les services de la demoiselle n'étaient pas indispensables.En ce cas,il avait sciemment laissé son officier dans l'ignorance,ne le prévenant pas,le laissant vaquer à ses occupations qui,le Lord en était conscient,ne suffisaient pas à combler ses journées.Quelle bonne nouvelle.Son rang de pariât était devenu quasiment officiel,désormais.Le désappointement faillit surgir en son coeur,mais de plus nobles sentiments l'en empêchèrent : d'un,Norrington n'était pas dévoué à sa carrière au point de désespérer dès que son patron ne s'intéressait pas à lui.La mission à Singapour lui avait prouvé qu'il restait un bon élément,sur lequel on pouvait compter,et que le bureaucrate semblait -?- tenir en bonne estime malgré leurs désacords.Et de deux,Hortense n'avait pas à subir une quelconque mauvaise humeur,payant pour les cachotteries d'un autre.ç'aurait été grandement injuste,non ?
La neutralité reparut sur ses traits,avant que la gratitude ne prenne sa place,à la vue du contenu de panier.Nouveau sourire.Peut-être moins positif que le premier,du fait de la nouvelle que venait de lui annoncer la domestique.


-C'est fort aimable à vous,miss,lui répondit le militaire en soutenant le fond du réceptacle de paille de ses deux larges paumes.Je vous en suis très reconnaissant.

Par malheur,le britannique ne devait certainement pas égaler les talents de miss Candill en matière de cuisine : comment en ce cas lui rendre la pareille ? Ni une ni deux,la solution fut découverte.Saisissant alors le panier par son anse,il reprit,toujours aussi amène :

-Le salon se trouve un peu plus loin,juste à votre gauche.Instalez-vous,et prenez vos aises,vous êtes mon invitée.Je reviens tout de suite.

Sur ce,et pour accomplir un mystérieux but,l'Amiral s'éclipsa... Oh,ne craignez rien,par pour fomenter quelque plan indécent vis-à-vis de la jeune femme.Son absence ne dura pas plus de cinq bonnes minutes : passant la porte de la pièce qu'il avait indiquée à son hôte,James se voyait porteur d'un plateau sur lequel trônaient une large assiette de facture correcte -bien que non en porcelaine rare- où avaient été déposés les biscuits confectionnés par les soins de l'employée de maison;ainsi qu'un cruchon de lait et deux grands verres.Pas de pâtisserie sans lait ! Ce serait vraiment gâcher.
Posant son attirail sur la table basse,qui les séparait,le britannique prit par la suite place en un vaste fauteuil,réplique en d'autres tons de celui de la bibliothèque qu'il venait de quitter,avant de croiser les mains sur son giron,et de tâcher de couper court à toute protestation de la part d'Hortense.


-Tout le plaisir de déguster ces merveilles serait immensément amoindri si je le faisais seul.Vous me verriez encore plus empli de gratitude à votre égard si vous acceptiez de les partager avec moi.

Nouvelle esquisse de sourire,alors que ses iris parlaient pour lui.

-----------------------



  • By remembering that I serve others, not only myself
  • Homo sum,humani a me nihil alienum puto - {Térence}



Giff © unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hortense Candill
Servante de Lord Beckett
Servante de Lord Beckett
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 30
Emploi/loisirs : Servante attitrée de Lord Beckett / Suivre l'aventure en écoutant aux portes XD
Humeur : ... attristée...
Date d'inscription : 20/05/2009

MessageSujet: Re: Petite visite de courtoisie à la place du Lord ? Où bien simple envie de changement d'air d'une servante ? [Pv James]   Dim 28 Juin 2009 - 15:21

Comment Hortense aurait-elle pu songer que l'Amiral se souvienne de l'enterrement de sa défunte mère... Peut-être lui octroyait-elle plus de sentiments humains qu'il n'en était conçu ? Enfin, peut-être aussi que le Lord lui avait-il donné congé afin de faire profit de la plus grande discretion sur un sujet d'Etat ou de sa propre personne. Hortense n'y avait poiny songé pour dire vrai. De ce faite, la jeune servante n'avait pris garde qu'elle pouvait ensevelir le moral de James Norrington dans la mélancolie. Bien que le simple fait de sentir un autre être au bord du gouffre pouvait suffir à gâcher votre journée quand vous portiez de l'intérêt aux autres, bien sûre. Mais tel était l'Amiral, il n'en faisait aucuns doutes !
Bien que Miss Candill est eu par maintes reprises fait face à des gens plus ou moins agréable; elle proscrivait toujours la mauvaise humeur... Ecoutant sourdement la plupart du temps les railleries jettés sur sa personne. Cependant à cet instant, si James aurait été inconvenant... elle n'aurait pu subir un affront de plus; de par sa fragilité du moment; elle devenait une proie facile pour toute personne souhaitant trouver un martyr à faire pencher.
La neutralité paraissant sur le visage de Norrington n'étonna point Hortense habituée à la plascitude des gardes EITC.

*Flash Back*

"C'est dans leur enseignement..." lui avait répondu sa mère alors que toute petite elle croyait fermement qu'ils lui voulaient du mal et rétorquait "Ils me font peur... ne me laisse pas toute seule avec eux, maman."... puis elle était partie la laissant seule face aux soldats de la garde surveillant les escaliers. Puis le père de Cutler accompagné de son aîne descendit les escaliers, les gardes s'extirpèrent le laissant passer après un salut. La petite fille sursauta tremblotante avant de reculer vivement se cognant à Cutler debout aux côtés de sa mère attendant les deux hommes d'affaire de la famille pour partir au ball de la reine. Ce fût la première fois qu'Hortense croisa le regard bleuté de son futur maître : Lord Cutler Beckett. Cutler trébucha surprit entraînant la petite farouche dans sa chute, ls tombèrent tous deux aux pieds de la mère de Cutler... Leurs regards restèrent figés l'un dans l'autre brièvement... la génitrice des Beckett attrapant Hortense par le col et la jetta quelques mètres plus loin avant d'aider sans ménagements son fils à se relever. La petite fille tomba au bord des marches, se cognant contre la rambarde; ses yeux devinrent humide alors que des paroles mécréantes résonnaient dans son esprit... La femme de Beckett lui beuglant dessus. Cutler observait la scène tout penaud puis la mère d'Hortense arriva mettant fin aux malheurs de la petite Candill s'excusant pour elle avant de l'emmener loin des yeux de Ses Maîtres.

*Flash Back*
Revenant au présent, Hortense essuya discrètement ses larmes pendant que James réceptionnait le panier, elle lui souria légèrement sans grande convictions puis rétorqua essayant d'avoir une voix posée.
- Ce n'est rien! Vous avez été le seul à comprendre ma peine ce matin. Je ne puis vous être que reconnaissante, Monsieur.
Miss Candill ne lui demandait rien en échange... enfin, si... quelque part, elle espérait qu'il lui change les idées de quelques manières que se soit. Cependant, la jeune servante ne s'attendait pas à ce qu'il lui propose de partager son salon comme une invitée de marque mais très touchée par la mort de sa mère; elle se rendit donc dans le salon. Arrassée mais toujours ample de politesse, Hortense attendit à nouveau le feu vert de Norrington pour prendre place sur une banquette bien à son aise.
La demoiselle ne craignait rien de l'amiral; non; étonnement elle ne ressentait pas cet homme comme un danger pour sa personne... enfin du moins, pas un danger commes les autres hommes: presque confiante seule en sa présence. Voyant revenir James quelques instants plus tard, un plâteaux à la main... Hortense se redressa automatiquement les yeux écarquillés... pas du tout habituée à se faire servir et encore moins par un militaire... puis elle se rassit suite à la nouvelle aprobation du maître de maison qui venait de s'asseoir à son tour. Hortense l'observa de plus bel, James semblait enclin à la conversation...
"Pauvre homme... serait-il désespérément seul au point de vouloir s'accomoder d'une servante ? Où bien est-il si humble, si peu inhbu de son rang qu'il me considère comme son égal ?"
Il sembla lire dans ses pensées répondant sur le champ... à priori les deux semblaient probables pour le moment... La curiosité lui donnant envie de le découvrir; ainsi qu'il soit le seul vers qui elle se sentait capable de se tourner en ce jour; l'accomodèrent à rester - acceptant son invitation. Elle acquieça d'un légé signe de la tête avant de se détendre un peu plus restant toutefois toujours sur ses gardes - comme à chaque présence d'un homme à ses côtés - il lui fallait toujours un certain temps d'adaptation pour accepter les autres dans son cercle personnel; en particulier les hommes peus nombreux à y avoir accès. Son premier légé sourire franc de la journée s'amonce à la commissures de ses lèvres en réponse à celui de James alors que sa curiosité piqué au vif la fait débuter la discussion.
- Comment êtes-vous arrivé au service de Lord Beckett exactement ? elle marqua une légère pause croyant déceler un étonnement suite à sa question puis reprit C'est vrai, après tous, vous avez atteind un niveau de grade et de reconnaissance qui peut vous permettre d'avoir vos propres hommes, votre propre armée...
Pauvrette, elle ignorait tant de choses sur la dure vie de Norry! Et de toute évidence même sans le vouloir, elle allait le faire replonger dans la mélancolie... Peut-être était-ce ce qu'elle cherchait au plus profond d'elle même ? Oo

[ H.S : Obssession quand tu nous tiens... C'est dingue ça ne pas pouvoir faire un sujet sans parler Beckett XD... Oo Laughing
J'imagine James avec un tablier... XD en parfait petit"e" "hôtesse de maison" Laughing... L'imagination n'est pas toujours une bonne chose.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Norrington
Amiral de la Compagnie des Indes orientales
Amiral de la Compagnie des Indes orientales
avatar

Nombre de messages : 863
Age : 24
Localisation : Sur les Chemins tortueux de l'existance
Emploi/loisirs : Amiral de la EITC,officier de la Navy / Faire respecter la Loi,être juste et réparer son coeur...
Humeur : Placide
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: Petite visite de courtoisie à la place du Lord ? Où bien simple envie de changement d'air d'une servante ? [Pv James]   Dim 19 Juil 2009 - 19:49

Hj: Cutler a perverti nos esprits... x) Comme disait une amie à moi,cela dit,si James venait à la maison,il ne dormirait certainement pas dans la baignoire... Hu





Et oui,c'était vrai,voir ainsi un haut gradé de la Navy ainsi que de la Compagnie anglaise des Indes Orientales prendre la peine de servir son hôte pouvait se montrer déroutant.Il y avait en réalité deux raisons à ce fait,la première était purement matérielle : James n'avait pas -encore- les moyens de s'offrir le luxe de domestiques.En effet,l'achat du manoir,en plus d'avoir englouti ses économies,s'était vu l'objet d'un prêt,réalisé par la EITC bien entendu,Norrington n'étant pas assez fou pour aller s'endetter auprès de prêteurs sur gages douteux,mais chez une société sûre,demandant néanmoins des intérêts exhorbitants.Bah.Pour la liberté.Sortir des griffes de Beckett.Rien n'était trop beau.
La seconde raison résidait en l'éducation du militaire.En effet,ses parents,gens du petit peuple,n'auraient su tolérer que leur garçon se conduise à l'instar d'un parvenu,même après avoir réussi,même après être tombé de Charybde et Scylla.Et oui,la vie n'était pas rose tous les jours,et tous deux en savaient quelque chose.On dit que le futur appartient aux audacieux.Mais au fond,ce monde était-il propice au bonheur,entre guerres,meurtres,quête irrationnelle de pouvoir et autre abominations ? Beaucoup auraient baissé les bras.Certains l'avaient même d'ailleurs déjà,ne citons que les membres du Hollandais Volant.Mais s'il existait bien un énième point commun entre Hortense et James,c'était bien la volonté.Et la force de se relever après chaque coup dur,afin de rassembler les morceaux,les recoller,recommencer.Le coeur zébré de plaies.Mais l'espoir berçant ce dernier.
Par malheur -?-,la miss vint à reparler d'un des évènements tragiques de sa propre existence.Lorsqu'il lui avait ouvert,Norrington s'était de suite dit qu'il faudrait à tout prix éviter le sujet,afin de ne pas raviver la peine dormante de la miss.Un ardu exercice.Car le moindre détail évoquant son passé la ramènerait immanquablement à sa défunte mère.Certes,James n'était pas le pire des goujats,et sa gentillesse lui serait d'une grande aide en cas de chagrin soudain.Remonter le moral des autres paraît toujours plus facile que de remonter le sien,soit dit entre nous.Mais s'il pouvait éviter que la demoiselle fonde en larmes... Non,vraiment... Les femmes n'étaient pas faites pour être tristes... Sauf que voilà,la domestique avait mis les pieds dans le plat.Gentiment,bien sûr,elle ne pensait pas à mal.Mais l'Amiral ne sut trop quoi lui répondre,sur l'instant.Continuer sur l'enterrement de mrs Candill ? Ou directement orienter la discussion vers autre chose,de moins sombre ? Mais en même temps,sa bonne éducation ne pouvait laisser passer les paroles de l'employée de maison,sans au moins la remercier convenablement.
Inspirant calmement,James,choisissant tout de même ses mots,se lança :


-Permettez-moi à nouveau de vous renouveler toutes mon condoléances,mademoiselle.Je suis conscient que chaque cas est différent,mais... J'ai moi-même perdu mes parents,et je compatie sincèrement à votre douleur.

Voilà.C'était fait,les dés s'en trouvaient jetés.Le soldat risque un coup d'oeil vers son invitée,qui semblait tout à fait à l'aise.Semblait,là était la nuance.D'un certain côté,il ne pouvait faire plus si elle n'exprimait pas plus avant sa peine.Cela arrangeait-il James ? Sachez seulement que son bon fond le ferait épauler Hortense dans la mesure de son maigre pouvoir.Il ne la connaissait pas assez.Il ne voulait pas qu'elle se fasse des idées à son sujet.
Le deuil de l'officier ? Oh,vous savez,après une peine de coeur... Non pas que la perte de sa mère,suivie de près par celle de son père ne l'ait affecté... Au contraire,leur enfant s'en voulait toujours de ne pas avoir été auprès d'eux... Mais mine de rien,les écueils finissaient pour vous habituer.Vous endurcir.Combien de soeurs,de filles,de génitrices s'étaient rendues au fort afin d'obtenir des nouvelles de leurs maris,frères,fils partis au front,pour ensuite apprendre le pire et plonger dans le désespoir... Oui,sale époque.L'idée de joie apparaissait même quasiment comme morte.Quant aux petits plaisirs passagers de la vie,si dépréciés par Davy Jones,et bien ils passaient tout simplement trop vite.
Par bonheur -afin de pallier au "par malheur" de tantôt-,la servante embraya après un court silence sur... Lui.Les yeux bleu gris du britannique,dans le vague en repensant à ses proches disparus,s'équarquillèrent quelque peu.Si Hortense avait été surprise qu'il joue le rôle d'intendant en sa demeure,il le fut également de cette question,peu accoutumé à ce qu'on parle de lui.Voire que l'on s'intéresse à son histoire.Ses collègues évitaient soigneusement le sujet,grâce au ciel.Cela dit,James n'avait jamais vraiment su si évoquer le mensonge d'Elizabeth,ainsi que sa descente aux enfers lui ferait du mal.On ne sait tant que l'on essaie pas,me direz-vous avec justesse.Et bien soit.Lançons-nous à l'eau,pensa l'Amiral,faisant tourner son verre entre ses doigts.


-Et bien ma foi -il eut un bref sourire- il s'agit d'une histoire assez longue,et complexe... Pour faire simple,disons que je n'ai constamment fait les bons choix.Lord Beckett m'a fait une proposition intéressante à un moment où j'étais disposer à traiter avec lui.En fait,nous avons été bénéfiques l'un pour l'autre : je lui ai rendu un "service",il a fait de même,m'offrant la possibilité d'acquérir un poste plus qu'acceptable.

Certains disaient que le noble avait également redonné au militaire son honneur,ce qui est totalement aberrant : comment perdre une pareille chose de manière définitive ? Non,James avait toujours été fidèle à la Couronne,même lors de son cours passage au sein de l'équipage du Pearl.Passage qui s'était certes terminé sur une triste note,la trahison de ses camarades,de miss Swann,le croyant mort pour les sauver,alors qu'il s'assurait un avenir un peu moins noir que ce qu'il venait de connaître... Et voilà.De nouveau,de la culpabilité.Le sentiment de n'être bien nul part.D'être incompris,de n'avoir de place en aucun lieu,en aucune compagnie.
Le lait devint soudain immobile,alors que l'anglais replongeait en lui-même.Inutile d'évoquer de manière très précise les évènements -entré à la EITC,on lui avait bien fait comprendre que tout ce qui attreyait au coeur de Jones devenait secret défense- pour que de nouveau,le malaise s'installe en son âme.Misère.Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que Norrington choisissait un camp,il causait de la peine,et devait se sentir coupable.Ne pouvait-on le laisser en paix ? La dernière spéculation de la jeune femme lui tira un nouveau sourire,un peu amer,ainsi qu'un très bref petit rire,tellement mélancolique.


-Moi,à la tête d'une armée ? Et où irais-je ? Que ferais-je ? Qui sait,peut-être au fond la guerre contre les pirates finirait par se clore,sur une note victorieuse à notre crédit.C'est un joli rêve,que je partage,bien entendu.Il est pourtant dramatique de savoir que pour cela,de nombreux hommes devront encore mourir,des gamins à qui on aura raconté mille et unes histoires de bravoure et de victoires,alors qu'ils seront envoyés au front sans avoir jamais tenu une arme de leur vie... Non,je préfère encore rester au service du Lord.Ma conscience s'en porte disons... Un peu moins mal.

Par contre,celle de Cutler... Waaa... Nous la cherchons encore... Un jour,éventuellement en aurons-nous des nouvelles,avec de la chance.Les miracles arrivent,c'est de notoriété publique ! Et comme dirait le britannique,il demeure éternellement un peu de bon en chacun.Même bien caché,si enfoui qu'il faut creuser profondément afin de mettre la main dessus.Nous parlions d'espoir,plus haut.Evoquons maintenant la foi en l'être humain.Souvent bafouée.Mais demeurant indéfectible.
Il se décida enfin à avaler une gorgée du liquide imaculé,qui ne laissa pourtant aucune trace blanche sur la lèvre supérieur de l'officier.Après s'être pincé le slèvres,il reprit,de nouveau gêné,à cause de ce même thème,évoqué auparavnt,et que Norrington rechignait à évoquer.Nouveau regard vers Hortense.Cela se voyait-il,qu'il craignait de blesser un peu plus miss Candill ? On dit que les yeux sont le smiroirs de l'âme.Qu'ils ne mentent jamais.


-Je suis désolé,mais... Je ne sais si vous retourner la question ne serait point une funeste erreur.

Et bien oui,elle avait obtenu son nouveau poste comment ? Par la mort de sa mère.Comme quoi,rien n'est jamais gagné d'avance.

-----------------------



  • By remembering that I serve others, not only myself
  • Homo sum,humani a me nihil alienum puto - {Térence}



Giff © unknown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite visite de courtoisie à la place du Lord ? Où bien simple envie de changement d'air d'une servante ? [Pv James]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite visite de courtoisie à la place du Lord ? Où bien simple envie de changement d'air d'une servante ? [Pv James]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu] Comment installer Mozilla
» Je n'arrive pas a mettre en place l'astuce "Corriger l'erreur "Pas de nouveaux messages depuis votre dernière visite""
» Petite vidéo
» Le Père Noël rend visite à l'Annuaire...
» [Résolu] disparition de place sur le disque dur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Battle of the Caribbean :: Les Territoires Britanniques :: Jamaïque :: Port Royal :: Manoir de James Norrington-
Sauter vers: